Echos et réflexions

Un peu moins de Facebook

Pendant un moment, j’avais songé à complètement supprimer mon compte Facebook. Je me demandais ce que cela m’apportait, mais j’ai vivement changé d’idée. De façon moins radicale, j’ai ensuite voulu supprimer mon compte actuel pour m’en faire un nouveau, et ainsi opérer un tri drastique dans mes « amis » – et certaines photos. Pourtant, comme beaucoup, je suis une accro. Je ne parle pas simplement de Facebook mais également des autres réseaux sociaux comme Instagram ou Twitter – ceux sur lesquels je suis le plus fréquemment. Ainsi, supprimer mon compte actuel m’embêtait car si je me serais passer de certains « souvenirs », je suis parallèlement très attachée à d’autres. J’avais donc renoncé à l’idée de supprimer ce compte, mais ne supportais pas les constantes notifications qui faisaient que je me sentais obligée  d’aller voir – faible je suis- même si nous savons tous que c’est fait exprès n’est-ce-pas. J’avais donc très vite désactivé toutes les notifications et avait exilé l’application sur une page toute seule.

Ce fut efficace pendant un moment, mais j’ai très vite repris mes mauvaises habitudes. J’en étais revenue à y aller plusieurs fois dans la journée, le plus souvent lorsque je devais attendre. Et généralement pour découvrir qu’il ne s’était rien passé d’intéressant… J’en eu alors assez. Après quelques hésitations, je pris donc la décision de le supprimer de mon téléphone.

Il faut avouer qu’au début je me retrouvais un peu dépourvue quand la bise fut venue et je me résignai à m’en tenir à une consultation le soir via mon ordinateur. Au bout de 3 jours seulement, je ne ressentais plus autant le besoin de me connecter tous les soirs.

En bref

Je ne pense pas franchir le cap de retirer tous mes réseaux sociaux de mon téléphone et encore moins de m’en désinscrire. Je tiens simplement à limiter mon utilisation et donc en ne gardant que ces deux réseaux sociaux : Instagram et Twitter. De façon exagérée, je n’ai plus le sentiment que mon monde va s’écrouler si je ne vérifie pas toutes les deux heures que rien ne s’est passé d’intéressant. Et que quand bien même une information intéressante passerait, je peux toujours la retrouver… Plus tard, certes, mais si elle vaut vraiment le coup, le moment où je la lis ne devrait pas lui avoir fait perdre de son intérêt.

Et vous, êtes-vous aussi accro ou bien arrivez-vous à vous en passer ?

M.

Publicités

2 commentaires sur “Un peu moins de Facebook

  1. Moi aussi j’essaye d’y passer moins temps mais j’y reste accro malgré tout. Ca m’a fait du bien lorsque je suis partie en vacances et que pendant 15 jours je n’avais pas accès aux réseaux sociaux.

    J'aime

    1. La société dans laquelle nous évoluons ne rend pas les choses faciles non plus. C’est toujours surprenant d’entendre quelqu’un dire qu’il n’a pas Facebook, on se sent obligé d’être constamment connecté.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s