Watched | Last man

J’avais prévu de vous faire un article sur un tout autre anime aujourd’hui, mais cette découverte a été une telle claque que je ne pouvais faire autrement que bousculer mon « planning » pour vous en parler, en espérant réussir à mettre de l’ordre dans mes pensées et mes émotions au passage.
Bref, on parle de boxe, de créatures démoniaques et de gangsters.

La ville de Paxton est bien loin de la métropole de rêve : le moindre recoin est un coupe-gorge, les criminels et la Mafia règnent en maîtres (avec prostitution et drogues comme pierres angulaires du business) et mieux vaut savoir courir ou frapper si l’on veut survivre. Dans cette ville pourrie jusqu’à la moelle par la violence et la corruption, Richard Aldana squatte la salle de boxe de son mentor et ami, Dave McKenzie.
Soudainement, un jour, Dave est enlevé puis assassiné par des hommes masqués. Richard découvre alors que ce dernier était père d’une jeune fille de onze ans, Siri. Richard décide alors de protéger la jeune orpheline des assassins de son père. Tous deux s’allient donc, espérant également découvrir la vérité sur les mystérieux dons de la jeune adolescente et de ceux se faisant appeler L’Ordre du Lion.
Cependant, ils sont bien loin de se douter qu’ils ont mis le doigt dans une machinerie complexe qui semble bien plus vaste que leur monde et pourraient les emmener bien au-delà de ce qu’ils imaginent.

Il ne s’agit pas véritablement d’une adaptation de la bande dessinée éponyme créée par Bastien Vivès, Balak et Michaël Salanville aux éditions Casterman. En effet, l’action de cette courte série en vingt-six épisodes, réalisée par Jérémie Périn, est antérieure à la bande dessinée.
Initialement diffusée sur France 4, les vingt-six épisodes, chacun d’environ 11-12 minutes, sont désormais disponibles dans le catalogue de Netflix depuis 2018 (fact : Cette série a pu voir le jour grâce à une campagne Kickstarter).
Interdite aux moins de 16 ans sur la célèbre plateforme de streaming, cette série s’adresse davantage à un public adulte ou jeunes adultes.

Mon avis

Comme évoqué dans l’introduction, cette série a été une véritable claque à bien des égards. D’ailleurs, c’est l’Amoureux qui m’a montré le premier épisode et c’est moi qui ai insisté pour voir les neufs suivant puis qui ai bâché la série en la finissant dans la même soirée.
C’est simple, je n’arrivais pas à m’arrêter ! Je VOULAIS savoir comment ça allait se passer, je VOULAIS connaître les réponses à mes questions, découvrir le fin mot de cette histoire. Je voulais comprendre tous les enjeux. Bref, j’étais en haleine et maintenant, je veux absolument me trouver les bandes dessinées pour connaître la suite.

Concernant les personnages, j’ai beaucoup aimé celui de Richard, un anti-héros à grande gueule (vous m’excuserez le langage, mais impossible de dire autrement), même si certains de ses agissements vers la fin m’ont choquée et assez déçue. Siri tire aussi son épingle du jeu en jeune adolescente en proie à des crises existentielles et démentes d’une rare violence et est l’un de mes personnages préférés de cette série. Tomie Katana est aussi intéressante, malgré ses choix de vie et d’associés pas DU TOUT recommandables. Celui pour lequel j’ai éprouvé une grande affection est Joufflu, l’un des membres du club d’une gentillesse sans borne, vis à vis de tous et de Siri. Howard, quant à lui, m’a laissé quelque peu mitigée…

Par ailleurs, j’ai beaucoup apprécié le lien que tisse Siri et Richard, malgré toutes les difficultés qu’ils traversent.

Last man

Pour ce qui est de l’aspect technique, cette série a une patte graphique bien à elle, avec, entre autre, une touche de rétro dans les dessins et la bande-son. On y retrouve ainsi un monde assez sombre, en proie à la violence, rappelant ce que l’on peut parfois trouver dans les polars ou dans les dystopies et une forte inspiration des animes japonais, notamment des shônen. L’humour noir et le langage très familier contribue à apporter son originalité à cette série.

En bref, je vous la recommande fortement car c’est une excellente série d’animation pour adultes ou jeunes adultes. L’univers et la bande-son résolument rétros, l’histoire, les personnages, l’originalité, le dénouement, le rythme, etc. sont autant de raisons pour foncer voir cette série et encourager les productions françaises à se lancer dans ce domaine ! (Ah oui, la série et la bande dessinée sont toutes deux made in France ! Cocorico, comme dirait l’autre !)

Ça vous tente ? Ou peut-être l’avez-vous déjà vue ?

(P.S : devinez qui s’est spoilé la BD en faisant des recherches pour l’article ?)

2 réflexions sur “Watched | Last man

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s